Initiative : « Seeds of hope/ graine d’espoir » un livre pour la scolarisation des déplacés défavorisés

Les promoteurs de  l’initiative Back to school, par ailleurs auteurs du livre « SEEDS OF HOPE/ GRAINE D’ESPOIR » ont organisé le 05 Août 2021, au centre spirituel de rencontre des Jésuites de Bonamoussadi, un point de presse, couplée à la présentation officielle de l’initiative, son ambition philanthropique et sociale et une séance de dédicace du livre.

Un livre philanthropique qui  vise  à contribuer à la scolarisation des enfants déplacés interne des régions du Nord-Ouest et Sud-ouest au Cameroun dès la rentrée scolaire de  2021-2022 qui pointe à l’horizon.   Le panel était constitué en l’occurrence des co-auteurs,  Père Ludovic Lado Jésuite et Universitaire dont le combat pour la justice sociale et le respect de la dignité humaine n’est plus à démontrer et Martin Wato Doctorant en sciences sociales à la faculté de sciences sociales et de gestion de l’UCAC de Yaoundé, Roland Kwemain déplacé du Sud-ouest et  préfacier du livre « SEEDS OF HOPE/ GRAINE D’ESPOIR ».

Plusieurs femmes et hommes de médias, leaders d’opinion, entreprise et des personnes éprises par la littérature ont pris part à cette fructueuse échange littéraire ayant permis de donner de l’espoir aux milliers d’enfants que compte la vague de déplacé à l’intérieur du pays.

Elle serait estimé à un peu près d’un million de déplacés internes depuis le début de la  guerre du Nord-Ouest et Sud-Ouest ainsi que la lutte contre Boko haram dans l’extrême nord.  Et selon le l’homme de Dieu, beaucoup souffrent davantage de ne pas aller à l’école et c’est justement l’une des raisons majeurs du déplacement massif de ces enfants. Et parce qu’au-delà de la souffrance il réside l’espérance, les co-auteurs ont axé leur livre sur l’espoir.

 « L’intérêt est essentiellement humanitaire et nous voulons pour la rentrée 2021, renvoyer à l’école le plus grand nombre possible d’enfants déplacés internes. Parce que comme vous le savez, ils sont des centaines sinon plusieurs milliers dans nos  villes et villages. La rentrée approche beaucoup d’entre eux ne savent pas comment ils retourneront à l’école. Ils comptent sur nous,  ils comptent sur notre solidarité, ils comptent sur notre cœur. Et nous faisons appel à l’intelligence des cœurs et c’est ça qui va nous aider à travers la compassion et la solidarité au niveau national à panser les plaies de notre crise, à panser les plaies des vies humaines, à panser les plaies des cœurs blessés.  Et on ne peut le faire qu’à travers la solidarité »,  a laissé entendre père Ludovic Lado

Au passage, il invite tous les camerounais qui le peuvent à être parents de ses enfants  qui ont soif de poursuivre leur éducation scolaire, à  participer à la mobilisation de la solidarité nationale malgré les charges personnelles et les temps difficiles à l’endroit des enfants déplacés internes qui de son point de vue n’ont pas choisi d’être victime de cette crise.

Comment participer à leur retour en classe ?

L’Initiative banck to school se décline autour d’un livre philanthropique entièrement bilingue « SEEDS OF HOPE/ GRAINE D’ESPOIR ». Le livre de 131 pages met en exergue les témoignages et récits des expériences et situations vécues par les déplacés internes structuré en trois parties principales voir, juger et agir. L’achat d’un livre  contribue à la tranche de la scolarité d’un enfant déplacé. Sur le site www.Initiativebancktoschool.com tout est explicite, sur comment contribuer à l’œuvre, acheter le livre (10 000 FCFA) et le faire acheter par quelqu’un d’autre.

Roland Kwemain a salué la réputation de père Ludovic qu’il a qualifié d’un exemple de leader serviteur. Il a également expliqué les raisons qui l’ont motivée à préfacer cette œuvre « Après près de 20 ans à Buéa j’étais obligé de partir pour les raisons de cette crise et j’ai vécu vraiment ses réalités. L’école est sacrée et  je suis un exemple que l’école permet d’accéder à de niveau de responsabilité inimaginable,  surtout quand il y’a la justice, quand il y’a l’équité. Voilà ! Je n’ai pas hésité j’ai apporté m’a modeste contribution, on voir seulement la guerre physique, il y a une guerre émotionnelle et une guerre spirituelle, au-delà de leur faire rentrer à l’école, il faudra aussi un autre type d’accompagnement », a-t-il affirmé, tout  en souhaitant que  comme l’a souligné l’auteur principal du livre,  que même après la crise, le projet sera transformé en programme parce que même après dix ans on aura pas résolu le problème. Les blessures sont tellement profond dit-il.

Sur le terrain, Père Ludovic Lado et son équipe seront en collaboration avec des  leaders communautaires fiables qui accompagnent déjà ses enfants à leur niveau enfin d’identifier les plus nécessiteux. Une véritable chaîne de solidarité. Au finish, pour dissiper toutes criantes, le Jésuite s’est engagé devant Dieu et les hommes que tout argent mis par un camerounais dans cette initiative ira à ces enfants. Il à d’ailleurs donner rendez-vous aux hommes de médias au mois de décembre pour le compte rendu de l’initiative.

Martial Yonkeu

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress