100 Alumni de Yali-Dakar lancent un appel pressant aux Chefs d’État Africains sur le COVID-19 en Afrique

«Appel panafricain des 100 jeunes leaders africains à l’ère de la pandémie COVID-19 aux Chefs d’Etat et de Gouvernement africains au siège de l’Union Afrique Ethiopie/Addis-Abeba».

Nous, Jeunes leaders africains des pays francophones et bilingues, constitués d’Avocats, Entrepreneurs, Médecins et autres professionnels de la santé, Fonctionnaires, Enseignants et Chercheurs universitaires, d’Acteurs de la Société Civile,… issus de la dixième session de formation de Young African Leaders Initiative Dakar « YALI-Dakar », réunis au sein d’une plateforme virtuelle samedi 25 avril 2020 pour examiner les contours et les enjeux liés à la problématique de la pandémie du Corona virus en Afrique, déclarons ce qui suit à la meilleure attention des Chefs d’Etat et de Gouvernement africains :

Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement ;

La jeunesse africaine que nous constituons, est profondément préoccupée par la vulnérabilité infrastructurelle et institutionnelle, le manque de cohésion africaine, l’indifférence aux découvertes africaines et la difficulté d’anticipation de l’Union Africaine au regard de la propagation de la pandémie COVID-19 et des enjeux que cette maladie suscite dans le rapport entre l’Afrique et le monde Occidental.

Nous avons suivi, comme vous, les annonces coupables de certaines personnalités, qui se sont spécialisées dans la prophétie des malheurs en Afrique, prédisant l’hécatombe des africains par le fait de COVID-19, et réfléchissant sans gêne, sur la possibilité d’utiliser les africains comme « cobayes » des essais cliniques de vaccin contre ce virus.

 Il fait l’ombre d’aucun doute que ces malheureuses et erronées prédictions n’ont eu pour but que de créer la psychose et la panique généralisées au sein de l’opinion africaine afin d’assoir un plan machiavélique non avoué, présenté comme une œuvre de bienfaisance philanthropique à un peuple dont les habitudes médicales, les épreuves et la grâce divine l’ont immunisé contre la virulence de ce virus qui s’est révélé très mortel dans d’autres zones géographiques.

L’Organisation Mondiale de la Santé « OMS » qui est présentée aujourd’hui comme la superstructure au pouvoir quasi-divin n’échappe pas aux critiques et accusations de toutes sortes. Des révélations gravissimes et punissables ont été faites par certaines personnalités publiques sur sa complicité dans la propagation du VIH, de la Rougeole et d’Ebola en Afrique, mais aussi, sur son instrumentalisation par les lobbies de grandes firmes pharmaceutiques.

 Ces révélations, bien que non formellement prouvées, entretiennent, dans nos esprit, un doute viscéral des jeunes africains sur la crédibilité de cette organisation à œuvrer véritablement pour le bien être des africains.

 Les contradictions autour du traitement à base de la Chloroquine, dont l’efficacité a été avérée, proposé par un médecin chercheur français intègre et ami de l’Afrique M. RAOULT et d’autres chercheurs à travers le continent africain, a été au cœur des contestations à cause des pertes des bénéfices qu’un vaccin rapporterait aux firmes pharmaceutiques.

 L’acharnement de l’OMS à contester, sans une étude préalable ni preuve contraire, les découvertes des remèdes contre le COVID-19 faites par quelques chercheurs africains, constitue de surcroit un autre motif valable qui doit nous interpeler à retourner vers les pharmacopées traditionnelles et nos savoirs faire en médecine africaine.

Le continent africain regorge des ressources naturelles et des savoirs faire, sans pareils, qui ont permis à son peuple de faire face, plusieurs siècles avant la création de l’Organisation Mondiale de la Santé, à une diversité des maladies très mortelles dans le continent. Ces savoir-faire, qui ont fait leurs preuves de guérison à travers les époques, ont été transmis de générations en générations sans jamais se révéler nocifs à la santé humaine africaine. Les avancées ont été enregistrées dans certains pays pour la reconnaissance de la médecine africaine que d’autres qualifient tantôt de médecine traditionnelle, tantôt de charlatanisme par mauvaise foi.  

Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement ;

Rappelant les luttes héroïques menées par nos peuples et nos pays pour l’indépendance politique, la dignité humaine et l’émancipation économique d’une part, et d’autre part, inspirés par les nobles idéaux qui ont guidé les pères fondateurs de notre Organisation continentale et des générations de panafricanistes dans leur détermination à promouvoir l’unité, la solidarité, la cohésion et la coopération entre les peuples d’Afrique, et entre les Etats africains ; il vous incombe le devoir de mettre le peuple africain au diapason de l’Unité.

 Car, divisés nous sommes faibles. Unie, l’Afrique pourrait devenir, et pour de bon, une des plus grandes forces de ce monde comme l’avaient souhaité les pères des indépendances, et comme le souhaitent encore d’autres contemporains africains. Nous sommes profondément et sincèrement persuadés qu’avec notre sagesse ancestrale, notre dignité, notre respect inné pour la vie humaine, l’intense humanité qui est notre héritage, l’Afrique, unie à travers ses dignes dirigeants, sera hissée au sommet des grands enjeux mondiaux.

Il est clair que nous devons trouver une solution africaine à nos problèmes, et que cela ne peut se faire que dans l’Unité africaine. Comme le disait Julius Nyerere : « l’unité ne nous rendra pas riches, mais il sera plus difficile d’ignorer et de mépriser l’Afrique et les peuples africains s’ils sont unis. Et cela augmentera par voie de conséquence l’efficacité des décisions que nous prenons et que nous essayons de mettre en œuvre pour notre développement ». Parfois certains événements poussent les gens à s’unir pour voir dans une même direction. Aujourd’hui, la pandémie COVID-19 nous impose cette attitude.

Traduisons ensemble en réalité les efforts de Kwame Nkrumah, Julius Nyerere, Patrice Lumumba et de Ben Bella de construire l’Unité africaine sur des bases d’autodétermination, d’indépendance et de planification socialiste. 

« L’humiliation du continent africain ne réside pas uniquement dans la violence, à laquelle l’Occident nous a habitué. Elle réside également dans notre refus de comprendre ce qui nous arrive », le déclarait une élite africaine. C’est pourquoi comme tous les autres panafricanistes, nous pensons et sommes convaincus que : « les solutions réelles aux problèmes d’un peuple ne peuvent être calquées sur les expériences des autres peuples ».

Nous avons tout à gagner à décider pour l’avenir de l’Afrique sans compter à un quelconque salut qui nous viendrait de l’Est ou de l’Ouest. L’heure est venue de penser Afrique en comptant sur les fils d’Afrique. Il vous incombe de regarder en direction de l’avenir radieux de l’Afrique en offrant de meilleures conditions d’existence aux peuples d’Afrique.

Les enjeux et les défis de la mondialisation imposent aux élites et décideurs politiques africains de renforcer, si ce n’est se doter, des institutions spécialisées autonomes, fonctionnelles et efficaces dans tous les domaines existentiels et de valoriser les travaux et découvertes de leurs chercheurs.

Ainsi guidés par la pensée profonde de Gamal Abdel Nasser qui préconise : « si tu peux organiser, diriger et défendre le pays de tes pères, fais appels aux hommes les plus valeureux », c’est à ce juste titre, que nous jeunes leaders africains vous lançons cet appel panafricain pressant et vous recommandez,  subséquemment à la crise sanitaire du siècle dû au COVID-19, ce qui suit :

Réformer et renforcer le Centre Africain de Prévention et de Contrôle des Maladies « Africa CDC » afin qu’il permette aux États Africains dans leur ensemble d’être à mesure de réagir efficacement à l’apparition de flambées épidémiques des maladies infectieuses et autres menaces contre la santé publique en Afrique grâce aux recherches prospectives et de qualité ;

Renforcer le rôle et réformer l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle « OAPI » afin de faire elle, au-delà des aspects de protection de la propriété intellectuelle, un dispositif institutionnel africain de promotion des réalisations et de découvertes menées par les africains dans le secteur de la santé ;

Allouer un budget adéquat pour le fonctionnement sans faille  des institutions précitées. Mettre en place un réseau panafricain structuré et contrôlé de distribution des médicaments et remèdes  produits en Afrique ;

Instituer un prix africain d’innovation africaine destiné aux Chercheurs et professionnels de santé ayant réalisé des découvertes innovantes dans le domaine de la santé ; Apporter un soutien continental au « Covid-organics » mise en place au Madagascar, et poursuivre les recherches à l’échelle africaine dans le but d’améliorer ses vertus thérapeutiques et le rendre disponible partout en Afrique.

Guidés par notre vision commune d’une Afrique unie et forte, ainsi que par la nécessité d’instaurer un partenariat entre les gouvernements et toutes les composantes de la société civile, en particulier les femmes et les jeunes afin de renforcer la solidarité et la cohésion entre nos peuples,  nous vous informons de notre résolution commune et partagée de mettre en place, dans les jours qui suivent, une organisation panafricaine des jeunes qui va œuvrer en collaboration avec l’envoyée spéciale de la Jeunesse et le Conseil Consultatif qu’elle dirige et bien d’autres organisations africaines des jeunes afin de contribuer à la vision de l’Agenda 20-63 celle d’une « Afrique intégrée, prospère et pacifique, dirigée par ses propres citoyens, et représentant une force dynamique sur la scène internationale ».

Au demeurant, nous vous prions d’apporter soutien et crédit, Messieurs les Chef d’Etat et de Gouvernement, à notre démarche dont les aspirations convergent vers une volonté commune et partagée de faire de l’Afrique un continent intégré, politiquement uni, basé sur les idéaux du panafricanisme et sur la vision de la renaissance africaine.

«Avec l’Afrique unie nous vaincrons »

Fait en Afrique le 28 avril 2020

Profitez d’une base de données de plus de 2 2 000 visiteurs et:

Augmentez votre visibilité à l’échelle nationale et internationale

Menez vos campagnes    sur internet, le plus grand réseau de communication

Booster vos affaires

Publiez vos annonces à partir de 5 000 FCFA

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress